Economie & Commerce

Bruxelles: une ville qui mise sur la créativité économique marchande et non marchande, créant de l’emploi et des services aux personnes

Economie & commerce

Investir dans la redynamisation du tissu économique et commercial de la Ville. Renforcer le dialogue entre la commune et les associations des commerçants, redynamiser la Commission consultative des commerçants, encourager le développement de nouveaux commerces en visant la diversité de l’offre commerciale notamment via la Régie, déployer un plan transversal ayant pour objectif le retour des classes moyennes en ville pour la rendre plus cohérente et équilibrée socialement et plus forte financièrement.

Stimuler l’auto-création d’emploi chez les jeunes.

Investir dans la redynamisation de notre tissu économique et commercial, sa qualité et sa notoriété.

Veiller à la pérennité de l’industrie plus traditionnelle, à son intégration la plus harmonieuse possible dans le tissu urbain, et la mise en place d’offres et de contraintes poussant ces entreprises, à terme, à utiliser des modes de transports doux, peu polluant et ne venant pas alourdir la charge du trafic routier.

Créer un registre des entreprises locales pour les informer de tout marché public initié par la commune dans leur secteur d’activités.

Soutenir davantage les entreprises d’économie sociale et la création d’activités économiques locales.

Veiller au redéploiement des centres commerciaux historiques, solidement implantés aux cœurs des quartiers et favoriser le maintien et la relance du commerce de proximité (campagnes d’information, valorisation de l’espace public, stationnement gratuit de courte durée (15 minutes) dans les zones commerçantes, événements festifs, qualité et la diversité des petits commerces, coaching des jeunes commerçants, tutorat des commerces subsidiés, etc.).

Alléger et simplifier les charges administratives et la fiscalité.

Faciliter et orienter les porteurs de projets dans leurs différentes démarches. Pour ce faire seront mise sur pied des initiatives telles que la mise en place d’un guichet unique, la création d’un portail internet, la diffusion d’un guide pratique, le lancement d’un réseau local d’entrepreneurs ou encore d’un service spécifique menant une politique préventive d’accompagnement des petites entreprises et des indépendants.

Instaurer la gratuité des places de stationnement dans l’espace public sur l’heure de midi et évaluer, après une période d’essai, son impact sur le secteur de l’horeca, sur les finances de la Ville et sur la fluidité du trafic.

Soutenir davantage les entreprises d’économie sociale et la création d’activités économiques locales en valorisant davantage les initiatives locales, notamment associatives, afin de les faire devenir un atout au niveau local, en insérant des clauses sociales dans les marchés publics communaux réservant la participation au marché à des entreprises d’économie sociale, en établissant des partenariats avec les centres d’entreprise ou encore en favorisant la création d’épiceries sociales, en encourageant l’ouverture de restaurants sociaux dans les différents quartiers et en renforçant les structures d’aides, d’accueils, de facilités et pourquoi pas de subventionnement en faveur du secteur non marchand actif sur le territoire de la Ville.

Alléger et simplifier les charges administratives et la fiscalité sur l’ensemble de l’activité économique ; envisager une politique de zones franches par quartier plus précarisé en vue d’inciter à l’implantation des entreprises; diminuer considérablement les charges administratives qui sont liées à la perception des taxes, en simplifiant les règlements et en abrogeant des impôts dont le produit ne se justifie pas par rapport au coût de la perception

Imposer une réelle rigueur dans l’observance des règles communales, régionales, fédérales sous peine de sanctions (lesquelles doivent être prises et suivies jusqu’au bout de leur processus)

Créer, au centre de Bruxelles, un espace pluriel de rencontre, de création, d’expérimentation et d’innovation dédié aux technologies numériques (sur le modèle de La Cantine à Paris). Il s’agit de mettre sur pied un espace de travail collaboratif en réseau, convivial, ouvert tant aux professionnels qu’aux passionnés et aux simples utilisateurs, afin d’accueillir tous les contributeurs de la vie numérique dans un espace dédié à l’innovation ascendante. Ce lieu aurait pour ambition de mettre à la disposition des innovateurs Bruxellois une véritable plate- forme collaborative pour démultiplier les échanges et coopérations, mutualiser les expériences et compétences et d’être ainsi un générateur de dynamiques sociales et économiques

Création d’un service « indépendant » facilitant au maximum les démarches administratives locales.

Créer des agences immobilières commerciales communales.

Encourager l’utilisation des étages au-dessus des commerces : taxation des espaces non-occupés, interdiction de supprimer les accès aux niveaux supérieurs et primes pour le réaménagement des entrées de commerce afin de créer une entrée séparative pour les étages

Envisager une politique de zones franches par quartier plus précarisé en vue d’inciter à l’implantation des entreprises.

Exempter ou réduire les impôts communaux pour les indépendants, les TPE et PME durant les 3 premières années d’installation (conditionné à des engagements « qualité »).

Favoriser la formation continue des commerçants:

  • Gestion de stocks
  • Formation administratives
  • Vadémécum des réglementations communales
  • Formation au marketing
  • Formation en langue

Favoriser la mixité commerciales des quartiers commerçants.

Mener une politique d’animation et de dynamisation des centres villes et des noyaux commerciaux.

Tourisme

Adopter un nouveau plan pluriannuel pour le tourisme sur la base d’une nouvelle coordination entre tous les acteurs et des attentes des touristes (congressistes, touristes internationaux, touristes locaux, touristes thématiques, jeunes,…).

Elaborer un plan stratégique destiné à faire de Bruxelles le premier centre de congrès internationaux en Europe à l’horizon 2020.

Mieux valoriser le patrimoine architectural, folklorique et culturel bruxellois afin de rendre Bruxelles plus chaleureuse, plus animée, plus colorée, plus attractive. Créer des indications touristiques uniformes originales, un « Pass Culture » nocturne à destination des Congressistes, des parcours et hébergements touristiques culturels et faire de Bruxelles une référence en termes de « Ville Lumière » (imaginer un « plan lumière » sur le modèle de Lyon)

Développer une stratégie plus ambitieuse de nouveaux grands événements (sportifs, culturels, etc.) et de nouveaux pôles d’attraction. Organiser de grands événements porteurs d’emploi et investir dans la formation des jeunes au métier de l’événementiel.

Développer dans le Pentagone un immense marché aux puces annuel à vocation internationale dans la lignée de celui organisé à Lille (et qui draine plusieurs millions de visiteurs venus d’Europe entière).

Créer une « Plateforme » regroupant les ambassades étrangères et les représentations permanentes de Bruxelles, et plus particulièrement les Centres culturels ou opérateurs culturels étrangers. L’objectif est d’identifier et de regrouper ces différents acteurs ainsi que de créer un lieu d’échange d’informations culturelles entre les acteurs culturels locaux et les institutions étrangères qui viendrait en appui aux offices du tourisme.

Développer un projet de Times Square sur la Place De Brouckère avec pour objectif de permettre une diffusion élargie de l’information culturelle et événementielle de la Ville ainsi que retransmettre sur écrans géants les grands événements sportifs.

Développer des offres culturelles combinées avec l’Horeca (via l’office du tourisme, par exemple).

Suivez-moi sur Twitter