Emploi & Formation

Dans une Ville où 31,2 % des jeunes de moins de 25 ans sont au chômage, la création d’entreprises ne suffit pas à elle seule à permettre à ses habitants de décrocher un travail. La Région et la Fédération Wallonie-Bruxelles ont développé, avec les partenaires sociaux, des services de formation, d’encadrement et diverses initiatives favorisant la création d’emplois. Pour le cdH, les autorités doivent être des partenaires proactifs pour la formation et l’accompagnement vers l’emploi.
Développer un accompagnement individuel intensif et l’orientation des jeunes de l’école au monde du travail

Doper les offres de formation à destination des jeunes.

Favoriser/développer les partenariats avec divers opérateurs susceptibles d’encadrer le projet d’orientation scolaire et/ou professionnelle (PMS, pouvoirs régionaux et communaux, Actiris, info-jeunes, maisons de jeunes, de quartiers). Cette « coopération » permettrait aux jeunes fréquentant l’enseignement qualifiant/professionnel de basculer « plus facilement » dans le monde du travail.

Doubler le nombre de jeunes dans l’enseignement supérieur en élaborant une stratégie d’orientation (campagnes d’information sur les études supérieures et leurs débouchés dès la 5ème année ; organisation d’un partenariat entre les Hautes Ecoles et les écoles de l’enseignement supérieur).

Informer davantage sur les métiers en pénurie.

Ouvrir un « Junior office » dans le futur guichet unique d’information communal, où les jeunes pourront être informés sur tout (sécurité sociale, logement, droits, famille, emploi, formation, études, bourses,…).

Développer la communication aux jeunes via les nouveaux médias. Envoyer un courriel trimestriel aux jeunes pour leur rappeler les acteurs, les possibilités, et les moyens mis à leur disposition. Tout jeune de la commune recevrait une lettre à un âge déterminé lui présentant le service et l’invitant à s’inscrire à cette newsletter électronique.

Renforcer un plan de stimulation scolaire et de formation pour les jeunes bénéficiant d’un revenu d’intégration sociale : cela peut se faire notamment par l’organisation de séances d’information spécifiques pour les métiers critiques afin de susciter des vocations pour ces métiers. Ces séances se feront avec l’appui des experts du secteur professionnel.

Mettre davantage en contact les élèves avec le monde du travail par :

  • l’organisation de bourses à l’emploi dans les écoles, et d’activités sur le modèle des villages métiers où les jeunes peuvent essayer des métiers manuels ou techniques ;
  • la découverte à 14/15 ans du monde de l’entreprise par de courtes périodes d’observation ;
  • la mise en place d’activités de découverte de l’entreprenariat (concours, mini-entreprises, etc.) ;
  • l’accroissement des offres de stages et de jobs d’été.

Développer les partenariats autour des programmes « JEEP » entre les différents acteurs de l’emploi et de la formation.

Intensifier les offres de formations techniques et le développement des Centres de Formation en Alternance (CEFA) afin de permettre aux jeunes de bénéficier d’un enseignement professionnel orienté vers l’apprentissage d’un métier. Mise en place de partenariat entre les CEFA, la Mission locale ou Maison de l’Emploi et la commune.

Développer un programme d’aide (primes) au passage du permis de conduire pour les jeunes demandeurs d’emploi.

Renforcer le rôle d’employeur et d’impulseur de la ville

Faire adopter par la Ville son propre plan emploi comme employeur avec une équipe managériale nouvelle chargée de développer une politique active transversale de ressources humaines et de formation, tant au sein de ses propres services qu’au sein des asbl paracommunales, notamment en réservant une partie des postes disponibles au moins de 25 ans.

Faire des partenariats avec les entreprises et développer les clauses sociales dans les marchés publics afin que, dans toutes décisions de la Ville, le recrutement de la main d’œuvre locale soit une priorité (par exemple, en prévoyant des clauses sociales obligeant l’adjudicataire à prévoir des places de stages,…).

Assurer un recours systématique aux services de l’opérateur régional de l’emploi pour tout poste qui s’ouvre au sein d’une ASBL communale ou dans l’administration. L’objectif est de maximiser le nombre de Bruxellois au sein de la fonction publique bruxelloise.

Promouvoir les articles 60 et 61 comme une véritable mise au travail et non comme voie d’entrée vers le droit au chômage. notamment en favorisant la sélection d’employeurs prévoyant un véritable parcours d’insertion.

Renforcer la cohérence et l’efficacité de l’accompagnement en encourageant les collaborations entre les différents acteurs locaux et régionaux de l’emploi (Maison de l’Emploi, Agence Locative pour l’Emploi, Mission locale, partenaires associatifs, CPAS et Actiris) en termes de formation et de recherche d’emploi.

Créer une filière de formation en pavage à l’ancienne.

Renforcer l’accompagnement des demandeurs d’emploi et doper les offres de formation

Mettre un accent particulier, au niveau de la Maison de l’Emploi, sur les métiers en pénurie et ceux qui recrutent. ;

Renforcer le rôle d’impulsion de la commune afin d’offrir aux jeunes de la commune des offres de stages, de formations et de premières expériences professionnelles. ;

Décentraliser la « Maison de l’Emploi et de la Formation » dans chaque quartier avec un logo commun en y développant :

  • l’assistance active des jeunes dans la recherche d’un emploi et de stages (recherche auprès des employeurs, « Job day »,…) ;
  • l’orientation pour les jeunes (informer et guider vers les formations supérieures et les débouchés professionnels, accompagnement individuel de l’école au monde du travail) ;
  • l’information sur les débouchés, les profils requis, les offres d’emploi, les formations, notamment via un guichet info, un site web spécifique proactif ;
  • un investissement important de la ville dans la formation : plus de formations rapides pour les métiers en pénurie, des ateliers de formation par le travail, plus d’apprentissage des langues, réduction du délai entre le constat d’un besoin de formation pour les fonctions critiques et la mise sur pied de la formation adéquate ;
  • des programmes d’accompagnement des candidats bruxellois qui se présentent aux épreuves de recrutement de la police. ;
  • le rôle de bureau social d’intérim pour demandeurs d’emploi.

Généraliser l’accompagnement systématique à la mise à l’emploi, en lien avec la Maison de l’Emploi et de la Formation et participer à l’effort de personnalisation de cet accompagnement.

Accorder une attention particulière aux publics les plus touchés par le chômage, en particulier les jeunes et les plus de cinquante ans.

Encourager et renforcer l’usage du dossier unique auprès des acteurs locaux d’accompagnement des demandeurs d’emploi afin qu’il devienne le dossier de référence pour tout opérateur en contact avec un demandeur d’emploi.

Un plan local ambitieux « Economie et Emploi »

Doter la Ville d’un « Contrat Economie et Emploi » en partenariat avec la Région :

  • en élaborant une stratégie pour augmenter l’emploi (analyse des besoins, coordination des services, « indicateurs emploi pour chaque décision ») et notamment en intégrant dans l’agenda 21 local un 5ème axe « Emploi » destiné à ce que la Ville favorise l’emploi local dans toutes ses décisions ;
  • en développant une stratégie plus audacieuse d’attractivité économique de la ville au niveau régional, national et international impliquant :
  • la dynamisation de la politique de congrès et de tourisme ;
  • le positionnement de Bruxelles comme capitale digitale (installation d’un pôle de nouvelles technologies de l’information et de la communication, installation d’un technopôle informatique à NOH) ;
  • l’aménagement ou le réaménagement de certains sites (zone du canal, T&T, Schaerbeek-Formation, Parc des Expo, plateau du Heysel, Stade Roi Baudouin) ;
  • le développement d’un pôle de technologie durable (métiers de l’environnement) et de l’entreprenariat culturel ;
  • la politique de soutien et d’attractivité des entreprises, PME, indépendants, commerces et Horeca.

Centraliser les services liés à l’Economie et à l’Emploi :

  • en désignant un seul échevin pour la politique de l’Emploi, du Commerce et du Développement économique
  • en créant une « Coordination Emploi » rassemblant tous les services de la ville impliqués dans la politique de l’Emploi et notamment destiné à renforcer la coordination entre la Ville et le CPAS.

Installer une « agence locale de développement économique » regroupant tous les partenaires publics et privés du monde économique.

Lutter contre les discriminations à l’embauche

Favoriser l’accès plein et entier des femmes au marché du travail :

  • briser le « plafond de verre » dans la fonction publique communale en veillant à ce que suffisamment de femmes accèdent à des postes à responsabilité ;
  • mettre l’accent sur les métiers où les femmes sont sous-représentées ;
  • augmenter les possibilités de halte-garderie pour les parents en formation.

Développer un plan de diversité au sein de la commune et désigner un manager de la diversité chargé de veiller à une plus grande mixité des origines dans le personnel de la Ville et de lutter contre la discrimination à l’embauche. Promouvoir le plan et le label de diversité auprès des employeurs présents sur le territoire communal.

Mener une réflexion sur les sanctions à prendre contre les pratiques discriminatoires.

Accueillir des cours de promotion sociale, notamment de langues et de fonctions techniques

Accueillir des cours de promotion sociale, notamment de langues et de fonctions techniques

Appliquer la charte de la diversité et encourager la promotion interne des femmes pour les emplois publics et parapublics dépendant de la Ville

Appliquer la charte de la diversité et encourager la promotion interne des femmes pour les emplois publics et parapublics dépendant de la Ville

Créer des ateliers spécifiques pour les femmes rentrantes sur le marché de l’emploi

Créer des ateliers spécifiques pour les femmes rentrantes sur le marché de l’emploi.

Créer une semaine du non-marchand

Créer une semaine du non-marchand.

Suivez-moi sur Twitter