Mobilité

Réduire le nombre des victimes de la route doit être une priorité à tout niveau de pouvoir : la Ville est au cœur de ce défi, non seulement par les voiries dont elle est responsable, mais aussi au travers de ses autres compétences : police locale, aménagement du territoire et urbanisme, enseignement, jeunesse,… Pour le cdH, renforcer la sécurité routière, c’est aussi faire de la mobilité douce et des transports en commun une priorité. « Plus et mieux » de place pour les piétons, les cyclistes, les transports en commun, c’est aussi remettre de la vie dans nos rues, recréer l’espace à vivre que la voiture nous a pris avec le temps et ainsi favoriser les rencontres humaines et la convivialité entre les habitants. Encourager la mobilité douce, c’est également promouvoir la santé des personnes et l’autonomie des jeunes, permettre à chacun de retrouver le contact avec l’environnement immédiat. Pour le cdH, chaque ville ou commune doit avoir une vision claire de sa politique de mobilité locale. A Bruxelles, cette politique locale doit s’intégrer dans la politique définie à l’échelle régionale ou supracommunale.
Bruxelles plus mobile

Mettre en œuvre le Plan communal de Mobilité en procédant à une évaluation constante et chiffrée :

  • en organisant des ateliers participatifs sur le thème de la mobilité ;
  • en créant une Maison de la Mobilité, lieu central d’information sur la mobilité ;
  • en mettant en place des systèmes ouverts d’information géographique permettant aux habitants d’un quartier et aux entreprises d’assembler eux-mêmes toute information liée à la mobilité ;
  • en soutenant des projets tels que ceux de Citysense (service de réveille-matin tenant compte de la destination à laquelle son utilisateur doit se rendre pour, en fonction de la circulation, le réveiller plus ou moins tôt en l’orientant quant au parcours à utiliser) ;
  • en soutenant la mise en place d’initiatives permettant aux citoyens de disposer des moyens de réguler leurs propres déplacements.
  • adopter des outils communaux d’aménagement du territoire, régulièrement remis à jour: plan général d’aménagement, schéma de structure communal, règlement communal d’urbanisme, Commission consultative d’aménagement du territoire et de la mobilité, village;
  • faire un audit «trottoirs» (piétons, PMR, poussettes-enfants…) pour identifier les zones d’inconfort ou d’insécurité sur les parcours urbains, en lien avec les associations de terrain

Mettre la priorité sur l’amélioration des transports en commun :

  • en instaurant un partenariat avec la STIB pour augmenter les dessertes, la fréquence et la vitesse commerciale des transports en commun (couloirs de circulation à contre sens pour les bus, aménagement des voiries) et négocier avec la STIB un abonnement spécial Ville de Bruxelles;
  • en soutenant le développement du réseau STIB afin d’obtenir notamment :
  • un Métro Nord/Sud passant par les boulevards du centre et qui serait prolongé vers Neder-Over-Heembeek (hôpital militaire) et Haren (Bordet) ;
  • la création de nouvelles lignes de tram : qui desserve la gare centrale; entre Esplanade et Roi Baudouin pour desservir le Heysel; entre la gare du Nord et Bockstael via Tour & Taxis ;
  • la création d’une ligne de bus intra-Pentagone ainsi que la mise en circulation de bus à haut niveau de fréquence vers Neder-Over-Heembeek et Haren ;
  • en renforçant les pôles multimodaux et en les rendant plus visibles dans l’espace public notamment en rassemblant les haltes de bus à Bockstael et en défendant la mise en place de terminus (bus et tram) à la gare centrale ;
  • en soutenant le renforcement de la convivialité des lieux de transports afin qu’ils deviennent des endroits dans lesquels on accède à une multitude de services urbains notamment via des partenariats entre les acteurs culturels de la Ville et les transporteurs (guides touristiques, billetterie).

Augmenter les zones 30 dans les lieux résidentiels, aux abords des écoles ainsi qu’auprès des pôles attirant beaucoup de piétons (parcs, centres sportifs,…) ; aménager de façon conséquente ces zones 30 en créant un effet porte d’entrée (coussins berlinois, trottoirs traversant,…).

Améliorer la mobilité des personnes à mobilité réduite : réaliser un audit sur les obstacles pour les personnes peu mobiles ; rendre plus accessible et sécurisant le cheminement des personnes à mobilité réduite (trottoirs, accotements, passages pour piétons, piétonniers, parkings, bâtiments ouverts au public) ; mettre à disposition des « taxis sociaux » pour personnes à mobilité réduite, y compris en utilisant des moyens de transports légers.

Développer davantage le plan local de synchronisation des feux de circulation dans le centre-ville et sur les grands axes afin de fluidifier le trafic aux heures de pointe tout en assurant le déplacement efficace des transports publics (éventuellement en y affectant du personnel).

Utiliser davantage la voie d’eau dans le transport de marchandises.

Interdire le transit de poids lourds dans le centre et les quartiers habités et privilégier pour le centre-ville la desserte de véhicules de moins de 3,5 T.

Promouvoir la mobilité douce

Opérer une réelle révolution dans l’espace public bruxellois qui étende dans le cœur de la Ville les espaces de mobilité douce. Avoir pour objectif, à l’horizon 2020, de porter à 15 % la part des déplacements quotidiens à vélo :

  • en favorisant le développement d’un aménagement urbain « orienté piétons »
  • en prévoyant une dimension cyclique à chaque aménagement de voirie notamment en termes de sécurité ;
  • en organisant de nouveaux transports légers gratuits dans le centre-ville (vélos, navettes, mini bus) et entre les parkings périphériques et le centre-ville
  • en reliant les itinéraires cyclables existants et en développant de nouveaux ;
  • en développant des parkings vélos et motos sécurisés (caméras) près des futures haltes RER, sur les voies d’accès menant aux gares ainsi que dans tous les lieux intermodaux ou particulièrement fréquentés   et en mettant à disposition des riverains des garages collectifs sécurisés dédiés aux vélos comme à Bordeaux.
  • en poursuivant le développement du réseau « Villo » (vers NOH, Haren,…), notamment à proximité des logements sociaux ;
  • en renforçant le développement de primes pour l’acquisition de vélos électriques et de vélos ;
  • en sensibilisant les entreprises à la promotion de la mobilité douce.
  • en favorisant l’usage du vélo (sites propres, prime aux agents communaux, douches, parking sécurisé…)

Créer des « quartiers piétons » le week-end en organisant dans chaque quartier, le week-end, des Espaces sans voitures (par exemple en fermant le boulevard Anspach le dimanche) notamment destinés à tester des projets ou options définitives d’aménagement de l’espace public   et augmenter les espaces piétonniers permanents dans la Ville (toute la zone Unesco, St-Géry, …), les zones de semi-confort et les zones 30.

Stationnement

Participer au débat sur la gestion de la mobilité au niveau régional afin d’aboutir à ma meilleure répartition des compétences pour le citoyen selon le principe de subsidiarité.

Continuer la politique de stationnement afin de lutter contre le phénomène des voitures ventouses de navetteurs qui cherchent à garer leur véhicule notamment à proximité des zones de métro.

Mettre en place une politique de stationnement cohérente sur l’ensemble du territoire de la Ville et notamment à Haren et Neder-Over-Hembeek (horodateurs généralisés, cartes de riverains : coût et modalités d’usage).

Développer les parkings de délestage : étudier la possibilité de parkings supplémentaires autour du Pentagone, notamment dans la zone Ouest, à proximité de la petite ceinture et dans le quartier du Sablon (souterrain), ainsi qu’un grand parking dans le centre de Laeken.

Rendre les parkings en sous-sol moins chers et plus accessibles que ceux en surface.

Négocier avec les sociétés de parking des tarifs préférentiels pour les riverains afin qu’ils puissent les utiliser la nuit.

Renforcer davantage les horodateurs et leur contrôle tout en continuant à généraliser le principe des cartes de riverains et des abonnements de stationnement pour les commerçants.

Favoriser l’aménagement de zones de stationnement décentrées de longue durée pour les poids lourds afin d’empêcher leur transit en Ville.

Autoriser un stationnement gratuit de courte durée (15 minutes) dans les zones commerçantes (zones « Shop and Ride »).

Optimiser la lutte contre le parking sauvage et le stationnement en double file.

Mettre en place un partenariat avec le Palais du Midi afin de mettre des places de parking à la disposition des commerces du quartier pendant la semaine.

Faire scrupuleusement respecter lors de travaux sur la voie publique, l’accès et l’espace nécessaire pour les déplacements en toute sécurité des personnes âgées, des moins valides et des enfants.

Mobilité et école

Favoriser la mobilité aux abords des écoles :

  • en sensibilisant parents, élèves et directions d’écoles aux problèmes de mobilité aux abords des écoles engendrés par le phénomène du stationnement en double file ;
  • par la mise en place de plans de mobilités dans chaque école ;
  • en favorisant la mise en place de projets de co-voiturage (auto et vélo) ;
  • en lançant une réflexion sur la réinstauration des rangs scolaires et du raccompagnement des élèves dans leur quartier à la fin de la journée.

Informer les jeunes rhétos sur les alternatives à l’acquisition d’une voiture (Cambio, Villo, covoiturage).

Suivez-moi sur Twitter