Budget

20 NOVEMBRE 2017 - Budget 2018 de la Ville

M. Wauters.-Les actions menées par l’échevinat du commerce vont dans le bon sens, notamment celles lancées par le biais d’Entreprendre.Brucity.

Un montant de 10.000€ est inscrit pour l’achat de gsm et de fournitures de bureau. Qu’en est-il exactement?

Il serait utile de développer le commerce dans tous les quartiers de la Ville: Laeken centre, Laeken Heysel, Neder-over-Heembeek et d’autres noyaux commerciaux plus confidentiels. Le travail de terrain autrefois réalisé par Atrium, notamment avec du personnel de la Ville, n’est plus d’actualité. Or il n’y a pas que le Pentagone. Il serait bon que du personnel de la Ville soit physiquement présent dans chaque quartier pour y accompagner les commerçants. Ces équipes pourraient aussi encadrer les ententes de commerçants. La remise des labels du commerce fut une réussite totale. Mon seul regret estque l’on mise sur les ententes de commerçants pour proposer les candidats. En effet, dans ce genre de démarche, on ne peut être juge et partie. En outre, si certaines de ces ententes sont représentatives et structurées, d’autres ne le sont absolument pas.Pour créer un maillage commercial dans tous les quartiers de la Ville, il est essentiel de permettre aux commerçants de se structurer.

M. Wauters.-Dans l’élaboration des prochains budgets de la Ville, serait-il possible d’intégrer une transversalité par quartier pour obtenir une vision proche du citoyen? Les citoyens sont demandeurs d’une telle démarche.

M. le Bourgmestre.-C’est ce que nous faisons en Collège. S’agissant des équipements scolaires et sportifs, les gros investissements visent le nord de la Ville, pas le centre.

M. Wauters.-Cela permettrait d’objectiver la situation.

19 NOVEMBRE 2016 - Le budget 2017 de la Ville (GIAL,...)

M. Wauters.- Des problèmes de gestion ont été mis en évidence au sein de GIAL. Compte tenu du budget considérable affecté à cet organisme, ne serait-il pas souhaitable de le soumettre au contrôle du Conseil communal, en toute transparence ?

Je souhaiterais aborder le volet commercial. En deux ans, il est exact que le budget du commerce a augmenté, mais cela ne répond pas à la situation d’urgence commerciale dans laquelle se trouvent des quartiers de la Ville en cette période de crise.

Entreprendre.brucity concentre ses efforts sur le Pentagone. Nous pouvons le comprendre, vu les problèmes générés par le piétonnier. Toutefois, je ne cesse de répéter depuis quatre ans que tous les noyaux commerciaux de tous les quartiers de la Ville ont besoin de soutien et d’accompagnement. En somme, depuis la réforme d’Atrium qui a quitté ses différentes antennes, ce travail quotidien de proximité n’est plus assuré. Or la qualité et le dynamisme des noyaux commerciaux sont au coeur des quartiers. Ils participent au contrôle social, à la convivialité, à la sécurité et à la mobilité, puisqu’ils permettent aux gens de faire leurs courses près de chez eux. Outre le volet international et touristique, toutes les composantes de la Ville doivent être prises en compte pour garantir une dynamique commerciale.

Lors de la présentation du budget, il a été dit que la Ville était au plus proche du citoyen, mais cela n’est pas le cas pour le développement commercial. Par rapport aux grands centres commerciaux, le commerce local offre l’avantage de faire vivre une bonne part des familles bruxelloises, celles qui habitent la Ville.

La Ville ne cesse de critiquer Atrium, et il est vrai que les synergies entre la Ville et cet outil régional pourraient être améliorées. Mais la Ville doit aussi reprendre les choses en main sur son territoire et offrir les mêmes possibilités de prospérer à tous les commerçants. Pour ce faire, il faut des gens sur le terrain, ce que proposait Atrium, et un véritable plan de développement commercial. Ce dernier ne doit pas viser que le piétonnier. Il doit concerner tous les quartiers de la Ville.

Avec Entreprendre.brucity, j’ai l’impression que les projets sont élaborés en function des opportunités. Cela fait quatre ans que vous êtes en fonction et j’attends toujours une vision globale, non seulement pour le piétonnier, mais aussi pour la rue François Ryckmans, le quartier Nord, Bockstael, la rue de Wand, etc.

Depuis quatre ans, vous ne cessez de répéter que les choses progressent, qu’avant, il n’y avait rien. Je veux bien vous entendre sur ce point, mais je vous rappelle qu’il ne vous reste qu’un an et demi pour mettre en route une véritable politique commerciale, cohérente, qui tienne compte de la situation de chacun des quartiers et de la qualité de vie des citoyens qui y habitent.

Je suis prêt à plaider avec vous pour que des moyens supplémentaires soient débloqués. Un budget de 820.000 €, ce n’est pas assez pour le bras armé du commerce sur le territoire de la Ville de Bruxelles.

15 AVRIL 2013 - Le budget 2013 de la Ville
Participation 

Concernant le Fonctionnement de « Bruxelles Participation » : on peut constater divers montants supplémentaires prévus (ex : 1.300 EUR en frais de réception, 800 EUR en frais de traduction, 1.000 EUR pour des fontaines d’eau,…bref, du « fonctionnement »). Nous estimons au CDH que ce qui compte c’est de dynamiser la participation citoyenne! Cela favorise pleinement à la cohésion sociale de notre Ville! Et donc on peut se demander si on ne peut pas aller plus loin. Pourquoi ne pas prévoir un budget participatif (une enveloppe budgétaire) directement destiné aux habitants. Ces « enveloppes de quartier » pourraient aussi être prévues dans le budget communal. Le principe consiste à octroyer un certain budget aux quartiers qui composent la Ville, à charge pour les assemblées d’habitants de les affecter aux projets qu’ils jugent utiles et prioritaires. Certaines communes en Belgique sont déjà passé par ce processus (ex : Mons, le CPAS de Charleroi, ou à Anderlecht avec le contrat de quartier Scheut ). Est-ce que de telles enveloppes budgétaires sont prévues cette année ? A défaut, est-ce que cela pourrait se faire à l’avenir ?

Commerce

D’accord, la majorité nous dit que nous sommes ici devant un budget de transition… mais je ne constate en investissement que 500€ pour les Gsm des collecteurs de marché (même montant qu’en 2012). Je ne retrouve pas l’approche innovante promise pour soutenir les commerçants bruxellois ? Par ailleurs, si il existe bien un guichet d’économie locale qui va être légèrement renforcé, quand deviendra t-il un vrai guichet unique d’information et de réel accompagnement pour les tout commerçants ? Je ne retrouve pas non plus de création de nouveaux marchés de proximité ou de concepts annoncés dans le programme de majorité… Est-ce également remis à 2014? Qu’est-ce qui est prévu spécifiquement pour la relance des noyaux commerciaux? Je note un budget de 250000€ pour soutenir ceux-ci, Même si c’est trop peu, je m’en réjouis! Avez-vous une idée de la répartition de ce budget? Des contacts et des discusssions ont-elles ou seront-elles engagées avec les associations de commercants pour le répartir le plus efficacement possible? Par contre et pour terminer sur une note légère, je note qu’à coté de ces 250000€ pour les noyaux commerciaux, Madame Lemesre a prévu 231.000 EUR pour les horodateurs( aménagement, mobilier et gsm du personnel de la cellule horodateur) qu’elle et son groupe a tellement critiqué. C’est vrai que cet investissement devrait rapporter… 2 millions… 😉

Cultes

Tout d’abord, quelle est l’orientation prise par le collège en terme de Rénovation des églises : On constate que le budget 2013 est en baisse. Pourquoi? (seulement 130.000 EUR prévus en 2013 église des Minimes, Divin Enfant, Notre Dame de Laeken,… par rapport à 566.000 EUR en 2012, donc une diminution de plus de 70% ; réduction de 424.000 EUR). Pourquoi une telle réduction ?

Par ailleurs, 1,5 million prévu en 2014 (dont 400.000 EUR pour Sainte Catherine, 350.000 EUR pour Notre Dame du Sablon et 500.000 EUR pour Notre Dame Bon Secours).

Réaffectation de l’église Sainte-Catherine : vous décidez quoi au collège??? Monsieur close semble continuer de travailler sur le concept Halle aux fruits et légumes, comme indiqué dans le programme de majorité et monsieur Courtois parle d’un musée d’art sacré (dans la presse récemment )

 

Réponse du Collège

Madame Persoons, échevine.-
Quant à la participation, des lignes budgétaires spécifiques ont été inscrites au budget à cette fin, pour la première fois. Nous élaborons un projet visant le dévelopepment d’autres techniques de participation, en plus des forums de quartier. Grâce aux budgets participatifs, un projet a déjà été lancé dans le cadre du contrat de quartier du Jardin aux Fleurs (Aux Arbres, citoyens !). Ces nouvelles techniques seront encore intensifées à l’avenir.

Mme Lemesre, échevine.-
Après les fleurs, les pots ! Après 24 ans d’opposition, il est normal que l’on reprenne certains propos que j’y ai tenus…
Que d’impatience dans le chef de l’opposition actuelle. Je partage l’idée selon laquelle le status quo est déprimant, en particulier dans des compétences qui avaient atteint le zéro absolu. Le soutien au commerce a connu 6 ans de jachère, voire 12. La redynamisation commerciale, en particulier du centre-ville, doit s’inscrire dans un projet global et transversal qui ne peut être improvisé en trois mois. En effet, il implique toutes les compétences du Collège : mobilité, aménagement du territoire, sécurité, propreté… De nombreuses réunions sont programmées en ce sens. Mais depuis 6 ans, il n’y avait plus aucun interlocuteur désigné pour assumer cette fonction. La politique de mobilité a consisté, souvent, à bloquer les accès de la Ville, comme ce fut le cas avec la fermeture du bois de la Cambre ; l’aménagement de l’espace public supprimait systématiquement des places de stationnement.
La relance économique doit être promue, mais en tenant compte de la réalité commerciale lors de tout aménagement ; elle doit être encouragée par le soutien aux associations de commerçants, par des actions ponctuelles de communication ou de mise en valeur, notamment pendant les fêtes de fin d’année. Des analyses et des évaluations sont en cours et je reviendrai devant vous à chaque initiative, lorsque les budget seront libérés.
Le commerce de détail souffre beaucoup et les raisons en sont multiples : Internet, la crise, la paupérisation. Face à cette situation, le pouvoir politique doit réagir, et c’est ce que cette majorité fera pour aider les commerces de proximité, les commerces originaux. Notre accord de majorité prévoit de les accompagner et de les soutenir. Nous veillerons également à la bonne affectation des locaux commerciaux de la Régie foncière. Le budget renforce les moyens alloués aux guichets d’économie locale qui accompagnent les candidats entrepreneurs et aident les entreprises en herbe à éclore à Bruxelles. La relance économique passe aussi par des aménagements urbains et de grands projets tels que celui des boulevards et de la rue Neuve. Ils tiendront compte de l’accès aux commerces et de la capacité de stationner à proximité des noyaux commerciaux dans des parkings publics balisés et moins chers.

M. Courtois, échevin.- 
Je commencerai par la politique des cultes. Je rappelle que cette matière est régie par des décrets qui datent de 1807 et 1809 ! Il y a donc lieu de revoir notre politique dans les prochaines années. Je suis ce dossier de près, notamment s’agissant des travaux dans les églises. Aucune modification n’est prévue au budget de cet exercice. S’agissant de l’église Sainte-Catherine, aucune décision n’a été prise, contrairement à ce qu’affirme la presse. Notre réflexion n’en est qu’à ses débuts, même si je confirme la nécessite d’avancer vite dans ce dossier.

Mes interventions au conseil communal

mes priorités
X

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer