Santé

Une ville généreuse, inclusive et solidaire Garantir un environnement sain et préserver au mieux la santé de chacun, offrir un espace de vie adapté aux personnes dépendantes ou à mobilité réduite, ce sont là des préoccupations permanentes de celles et ceux qui gèrent la « cité ». La Ville de Bruxelles doit se donner les moyens d'une véritable politique en matière de santé publique. Il est indispensable que la santé ne soit pas une compétence anecdotique de l’échevinat qui en a la responsabilité.
Faire de Bruxelles une « Ville Santé »

La Ville de Bruxelles doit se donner les moyens d’une véritable politique en matière de santé publique. Il est indispensable que la santé ne soit pas une compétence anecdotique de l’échevinat qui en a la responsabilité.

Il faut faciliter la communication entre les diverses professions de la santé, la coordination sociale, le CPAS et les divers services existant dans la commune, en les associant aux campagnes de promotion de la santé et en soutenant leurs projets personnels.

Avoir l’objectif de faire reconnaître la Ville de Bruxelles par l’Organisation mondiale de la Santé comme une « Ville Santé », à l’instar de plusieurs grandes villes européennes :

  • en établissant pour la première fois un « diagnostic santé » précis de la Ville répertoriant toutes les initiatives présentes et nécessaires dans le secteur (prévention et soins), en concertation avec les habitants et les acteurs de la santé ;
  • en élaborant un plan communal de la santé rédigé avec les acteurs médicaux de terrain.

Nommer un échevin de la Santé chargé :

  • d’analyser chacun des projets politiques de la Ville sous la loupe de leur influence sur la santé ;

en organisant des campagnes de promotion des habitudes alimentaires santé à l’école) et en instaurant un service « conseils santé » accessible par téléphone et Internet ;

en développant des campagnes de prévention contre les drogues, le tabac et l’alcool dans les écoles, de même que des campagnes santé ;

en luttant contre les nuisances sonores ;

en lançant le concept « cafés futés » (cf. chapitre 3) pour tous les cafés et restaurants organisateurs d’événements qui respectent une charte réglementant l’usage du tabac, la consommation d’alcool et la prévention drogue ;

  • de promouvoir la médecine de proximité, les maisons médicales et le dossier médical global ;
  • de fournir aux habitants et aux prestataires de soins des informations sur les lieux de soins ;
  • de mener des campagnes de sensibilisation, notamment auprès des parents de jeunes enfants, afin de lutter contre le recours abusif aux services d’urgence des hôpitaux ;
  • de mettre en place des parcours santé dans les différents quartiers de la Ville.

Créer un droit au repas sain et quotidien pour tous les enfants en offrant la possibilité, dans toutes les écoles, d’obtenir un repas équilibré, sain et de qualité à prix réduit.

Améliorer l’accès aux structures de soins :

  • en facilitant l’accès, en collaboration avec le milieu associatif, aux centres de jour pour personnes âgées ou centres pour personnes dépendantes ;
  • en facilitant le transport (gratuit) pour les personnes à mobilité réduite vers les structures de soins, via le système de taxis sociaux (voir le chapitre Aînés)
  • en facilitant le déplacement des médecins et infirmiers à domicile via une politique de stationnement spécifique.

Alimentation durable

Promouvoir une alimentation durable et saine au sein de l’enseignement communal:

  • Bannir définitivement les distributeurs Coca et autres snacks
  • Développer des cantines bio et utilisant les produits locaux sains et frais (via une centrale d’achat), installer des fontaines à eau…

Adopter des pratiques, des politiques d’achats et des modes de consommation responsable (économies de papier, vaisselle réutilisable, utilisation de l’eau de pluie…)

Développer les partenariats entre la commune et le CPAS, les acteurs médicaux et sociaux et le secteur associatif pour mieux informer sur les services de santé mentale.

Mettre en place un plan de lutte contre les violences conjugales et familiales : campagnes d’information et de sensibilisation, coordination de l’action des acteurs locaux (police, travailleurs sociaux, médecins…), accueil des victimes, enregistrement des données relatives aux faits de violences conjugales, suivi des plaintes, encadrement adapté aux victimes qui souhaitent quitter leur domicile…)

Organiser une campagne de sensibilisation à la réduction des risques liés à l’alcool et à la drogue, renforcer la présence policière durant le week-end, veiller au contrôle de l’âge lors de vente d’alcool.

Sensibiliser les jeunes à la santé avec les associations locales, notamment aux maladies sexuellement transmissibles (MST).

Optimaliser et humaniser l’organisation et la gestion des hôpitaux du réseau IRIS

Poursuivre l’intégration des services et coordonner l’offre médicale, ainsi que les investisse-ments pour éviter la concurrence ou les doubles emplois entre hôpitaux.  ;

Imposer des objectifs d’équilibre budgétaire pour chaque site hospitalier et contrôler les fonds publics investis par la Région dans le réseau IRIS pour qu’ils soient destinés aux restructurations et non à éponger les déficits.  ;

Alléger et expertiser la structure des organes de gestion du réseau IRIS.  ;

Réviser les statuts des médecins pour obtenir un statut unique ou mono hospitalier limité au réseau IRIS et mieux intégrer les médecins généralistes et de famille dans le fonctionnement des hôpitaux IRIS et notamment comme alternative aux urgences.

Instaurer le système du libre choix permettant aux patients émergeant au CPAS de choisir entre les hôpitaux publics ou privés, lorsque les mêmes services sont proposés au même prix.  ;

Renforcer les services de visites aux malades et aux enfants.  ;

Etudier la possibilité de mettre à disposition des enfants en séjour « longue durée » dans les hôpitaux de la Ville une plate-forme d’accès à internet afin de les aider poursuivre au mieux leur scolarité.   [expérience pilote hôpital Necker à Paris];

Organiser des crèches et parkings de nuit sur les sites hospitaliers pour le personnel infirmier.  ;

Veiller au respect du bilinguisme de l’accueil dans les hôpitaux.  ;

Améliorer les conditions d’enterrement des indigents.  ;

Elaborer un nouveau plan de lutte contre la drogue chez les jeunes (prévention, coordination, travail de rue, etc.).  ;

Prévenir la surdité dans les fêtes et concerts organisés sur le territoire de la Ville (décibel maximum, distribution de bouchons,…)

Développer l’offre locale de services d’aide et soins à domicile (incitants fiscaux, facilités d’établissement, promotion de l’offre existante, etc.)

Suivez-moi sur Twitter