Urbanisme, Travaux publics & Patrimoine

Une ville à l’aménagement urbain convivial et attractif. La politique d’aménagement du territoire est au cœur des politiques locales, même si celle-ci dépend également de choix portés à l’échelle régionale. Dans la mesure où le territoire est un bien qui ne s’accroît pas, une gestion parcimonieuse de l’espace est indispensable si on ne veut pas hypothéquer les capacités de développement des générations futures. Pour le cdH, la Ville doit pouvoir imposer aux promoteurs immobiliers des mesures contraignantes dans leurs projets en vue de créer davantage de mixité sociale et de fonction et d’améliorer leur impact environnemental.
Assurer un aménagement du territoire cohérent, multifonctionnel et durable

Veiller à des plans d’aménagement équilibrés des quartiers en évitant la ghettoïsation sociale, le communautarisme culturel, la mono-fonctionnalité. Adapter l’offre d’infrastructures (écoles, crèches, transports) dans les quartiers en forte croissance démographique.

Aménager des plaines de jeux et des infrastructures légères de quartier cogérées par les habitants du quartier. Responsabiliser les habitants pour garder ces lieux en état (une plaine de jeux n’est ni un parking ni un dépotoir de déjections canines).

Développer les prochains contrats de quartier sur la base des principes régissant la construction des écoquartiers (comme ceux développés à Fribourg, Québec, Stockholm ou Londres) : densité du bâti, biodiversité, efficacité énergétique, gestion de l’eau, mobilité douce, participation citoyenne, services et commerces de proximité, mixités fonctionnelle, sociale, générationnelle et culturelle,…

Favoriser le retour du logement et des équipements publics dans le quartier européen, notamment autour de la rue de la Loi.

Lancer une réflexion sur l’aménagement des espaces verts en intérieur d’îlot et sur la mise en place d’une politique (subsides aux ménages) en faveur des jardins partagés en intérieur d’îlot (comme en Grande Bretagne).

Développer la fonction récréative de certains quartiers, notamment le long du canal, par le biais d’une ré-urbanisation du quartier. Développer l’offre de logements et d’équipements de loisir le long de la partie urbaine du Canal. Autour du Bassin Béco!

Lancer, comme à Bordeaux, une biennale d’architecture, d’urbanisme et de design destinée à penser la revitalisation des quartiers et à valoriser l’architecture contemporaine et la dynamique urbaine de Bruxelles avec ceux qui la créent, ceux qui la construisent et ceux qui la vivent : architectes, urbanistes, entrepreneurs, habitants.

Adapter le règlement communal d’urbanisme pour faciliter les logements kangourous.

Améliorer la participation citoyenne, en particulier pour les sujets immobiliers les plus importants en organisant une présentation publique de ces projets en début d’enquête publique ainsi qu’en rendant accessibles les documents sur le net et en permettant l’envoi de remarques par courriel.

Renforcer le confort et la sécurité de circulation dans l’espace public

Etablir un plan pluriannuel de rénovation des voiries et de réfection des trottoirs.

Faire réapproprier les quartiers par les Bruxellois, dans les zones densément peuplées notamment le centre-ville, par la création d’espaces urbains piétonniers et d’espaces verts valorisant la Ville.

Etablir un plan d’accessibilité des personnes à mobilité réduite en installant des bancs supplémentaires, en aménageant les trottoirs et les passages pour piétons, en adaptant la durée des feux verts et les limitations de vitesse.

Mieux informer les citoyens sur les travaux publics à venir (perturbations dues aux chantiers menés par la Ville ou la Région) en dotant l’administration de l’Urbanisme d’une cellule de communication non politique (porte-parole) en vue d’informer le public de façon systématique et professionnelle des chantiers en cours, procédures en matière d’infractions, organisation de la mobilité, en lien avec la nouvelle Maison de la Mobilité.

Faire scrupuleusement respecter lors de travaux sur la voie publique, l’accès et l’espace nécessaire pour les déplacements en toute sécurité des personnes âgées, des moins valides et des enfants.

Doter la commune d’un « plan lumières » réactualisé tenant compte des dernières technologies d’éclairages, moins énergivores, en y intégrant l’illumination des bâtiments phares de la commune, au moins en soirée ! Ce « plan lumières » doit aussi améliorer l’éclairage des passages piétons, indispensables pour la sécurité de ces derniers.

Rendre Bruxelles plus belle

Poursuivre activement la lutte contre les chancres et la rénovation des quartiers.

Transformer progressivement la zone industrielle proche du centre-ville et la zone de déchargement de marchandises en une zone mixte d’entreprises tertiaires moins polluantes et bruyantes, de logements, et de loisirs.

Lancer des concours d’architecture en vue de généraliser les bâtiments « modalisables ».

Mettre davantage en valeur les espaces publics (éclairage, lutte contre les dégradations, nouveaux mobiliers urbains, organisation éventuelle d’évènements, etc.).

Faciliter les plantations sur les trottoirs par les habitants en supprimant l’obligation de permis d’urbanisme ou d’autres conventions.

Aménager un terrain pour l’exposition temporaire d’œuvres d’art en espace public.

Développer les robinets fontaines (eau de ville) dans les écoles et lieux publics.

Grand projets

Réhabiliter les boulevards du centre au travers d’un master plan prenant en compte la relance d’une dynamique commerciale de qualité ainsi que l’atténuation de l’effet de barrière des boulevards et créer un espace partagé piétons-voitures entre De Brouckère et Fontainas.

Poursuivre le projet Néo visant à transformer le plateau du Heysel après appel à un concours international d’architecture en créant de nouvelles infrastructures de dimension internationale, indispensables au développement d’une capitale comme Bruxelles, et notamment un parc à thèmes en plein air, un complexe indoor de loisirs et de divertissements, un complexe de cinémas, cafés et restaurants ainsi que entre 500 et 750 habitations avec vue sur le parc et l’Atomium.

Transformer le site de Schaerbeek-Formation, Tour et Taxis et la cité administrative en espaces contemporains mêlant les différentes fonctions urbaines.

Réaménager la place du Sablon.

Développer la zone du canal au bassin Béco, le site Tours et Taxis et de la cité administrative en espaces contemporains mêlant les différentes fonctions urbain.

Extension de la zone piétonne autour de la Grand-Place à la Place de la Bourse et au quartier Saint-Géry.

Réaménager des voiries de l’îlot Sacré (rue des Bouchers, rue des Dominicains, Impasse de la Fidélité,…) dans la continuité du travail accompli sur le piétonnier dans le centre.

Réaménager les places Agora et d’Espagne dans le but de favoriser l’ouverture de ces espaces et les connexions entre la Grand-Place, le Mont des Arts, la Gare centrale et la Place Emile Bockstael.

Développer la zone du canal le long de Schaerbeek-formation en espace performant de redéploiement industriel et logistique.

Réorganisation des Services

Fusionner les services Urbanisme et Travaux de Voiries.

Augmenter les moyens financiers et humains pour contrôler les établissements qui ne sont pas en règle (permis d’urbanisme,…).

Favoriser la création d’une filière de formation en pavage à l’ancienne.

Adapter le règlement communal d’urbanisme pour faciliter (et sécuriser) les logements d’entraide intergénérationnelle (comme les logements « kangourou»), en ce compris dans la cellule familiale.

Vitaliser tous les quartiers, avec un effort sur les quartiers décentrés

Remettre l’écoute et le dialogue avec les associations et les habitants au cœur de la démarche de la Commission de quartier.

Soutenir la réactualisation des zones Espace de Développement Renforcé du Logement et de la Rénovation (EDRLR), afin que ces Contrats de Quartier soient vraiment affectés aux quartiers les plus précarisés de la Région.

Lancer, comme à Bordeaux, une biennale d’architecture, d’urbanisme et de design destinée à penser la revitalisation des quartiers et à valoriser l’architecture contemporaine et la dynamique urbaine de Bruxelles avec ceux qui la créent, ceux qui la construisent et ceux qui la vivent : architectes, urbanistes, entrepreneurs, habitants.

Obtenir de nouveaux Contrats de Quartier qui privilégient la reconversion et la rénovation, ainsi que la mise en valeur du patrimoine architectural et le nettoyage des friches industrielles. Il faudra notamment mener des contrats de quartiers spécifiques pour les quartiers gangrénés par le phénomène de la prostitution afin d’encourager la rénovation urbaine des zones de prostitution et de mettre en place des plans de sortie de la prostitution.

Développer des équivalents aux contrats de quartier communaux pour les quartiers fragilisés ne figurant pas dans les périmètres couverts par la Région, mais fragilisés par le boom démographique.

Développer les prochains contrats de quartier sur la base des principes régissant la construction des écoquartiers (comme ceux développés à Fribourg, Québec, Stockholm ou Londres) : densité du bâti, biodiversité, efficacité énergétique, gestion de l’eau, mobilité douce, participation citoyenne, services et commerces de proximité, mixités fonctionnelle, sociale, générationnelle et culturelle,…

Mettre l’accent sur le volet social et humain dans les prochains Contrats de Quartier notamment en mettant en place et en favorisant la participation active des personnes du quartier à la réflexion, à l’élaboration et au suivi du programme et en créant des emplois au profit des demandeurs d’emploi du quartier, dans le cadre notamment de chantiers gérés par des Régies de quartier.

Donner aux quartiers, et notamment au monde associatif, la possibilité de proposer des actions via des appels à projet aux critères clairs et garantissant le caractère métissé des projets. Un budget spécifique serait prévu pour ces appels, et des coordinateurs de projets seraient mis à disposition des quartiers pour aider au montage d’un projet.

Patrimoine

Poursuivre la restauration des façades des maisons de la Grand-Place.

Restaurer la Grand-Place qui est actuellement en mauvais état (pavés déchaussés,…)

Procéder à la rénovation des galeries funéraires du cimetière de Laeken et promouvoir le patrimoine du cimetière de Laeken afin d’en faire un véritable « Père Lachaise ».

Augmenter la participation active de la Ville aux Journées du patrimoine.

Mettre en place une stratégie proactive afin de valoriser et faire vivre le patrimoine bruxellois, notamment en soutenant les associations patrimoniales.

Restaurer la ferme Den Bels et lui redonner une fonction d’équipement pour le quartier.

Restaurer les pavillons Meudon dans le cadre de l’embarcadère touristique à Neder-Over-Hembeek.

Favoriser l’ouverture dans un lieu emblématique de la Ville un Musée des Arts sacrés permettant d’exposer pour le grand public les « trésors » de l’art religieux conservés dans les réserves et caves d’une série d’acteurs publics (et privés) de la Ville.

Suivez-moi sur Twitter