Une commune décide d’offrir aux enfants de ses écoles une nourriture plus saine, plus équilibrée tout en favorisant une production locale, durable et plus respectueuse de l’environnement. Pour se faire, elle ajoute des clauses allant dans ce sens dans le cahier des charges de son appel d’offre.

Une coopérative agricole non loin de là décroche le contrat. Vous et moi applaudissons l’attitude responsable de cette commune!

Savez-vous que si le TTIP est voté, la décision légale et souveraine de cette commune pourrait être cassée au nom de la libre concurrence par un recours devant un tribunal « privé » d’un géant de l’agroalimentaire se trouvant de l’autre côté de la planète, ayant des pratiques agricoles intensives, utilisant des pesticides, ou encore ne respectant pas les normes sociales vis-à-vis de ses employés.

Pire, la commune en question pourrait même être atsreinte à payer une amende salée!

Au final, les enfants consommeront de la nourriture vide de nutriments, produite industriellement sans les contrôles sanitaires et des droits sociaux des employés prévus par la législation européenne.

La coopérative agricole de la région tombera en faillite, les fermiers producteurs cesseront leurs activités et les activités économiques liées à la production locale de richesse s’écrouleront tels des dominos.

Résultat:      déficit démocratique, recul social, pertes économiques, diminution de la qualité alimentaire

CQFD!

Share This

Partagez avec vos amis!