Ecologie & Propreté

Bruxelles: une ville propre, verte et durable. La nature est partie intégrante de l’Homme. Il est impératif non seulement de ne pas l’épuiser, de la protéger et d’en sauvegarder la biodiversité mais aussi de la réintroduire dans nos villes et quartiers et d’en faire de la sorte une véritable « ressource » pour le développement humain.

Propreté publique

Plan propreté

Organiser un audit d’évaluation du fonctionnement du « Service Propreté », ainsi que des sections qui en dépendent pour proposer une nouvelle organisation plus efficace : étudier les possibilités de synergie entre les « Service Propreté » et « Espaces verts ».

Redéfinir les zones de nettoyage entre la Ville et l’agence régionale de propreté.

Redéfinir les rôles respectifs entre les services « Propreté » et « Espaces verts ».

Evaluer les campagnes de propreté.

Bruxelles plus propre

Augmenter le nombre de poubelles publiques et développer les poubelles publiques à tri sélectif.   Doter la Ville de petits parcs à containers et de nouvelles poubelles plus larges, plus nombreuses, plus esthétiques et plus vite vidées.

Installer une déchetterie communale par quartier , organiser une fois par mois un ramassage d’encombrants , développer un ramassage d’encombrants à domicile.

Créer une déchetterie itinérante (sur le modèle de celle mise en place par la commune d’Etterbeek) se déplaçant chaque mois dans un quartier différent de la Ville.

Favoriser davantage le compostage et le tri sélectif.

Organiser une gestion appropriée de la propreté à l’issue des marchés, foires, brocantes, manifestations et autres grands événements en espaces publics.

Imposer un budget nettoyage aux opérateurs d’événements.

Augmenter la mise en place de cendriers publics et de poubelles sélectives dans certains lieux lors de grands évènements.

Imposer l’utilisation de gobelets réutilisables (avec un système de caution) lors de tous les grands événements en espace public.

Doter la Ville de machines de destruction de canettes, notamment à utiliser devant les établissements scolaires.

Installer davantage de vespasiennes dans les lieux fréquentés, installer des cendriers urbains et privatiser l’entretien des canisites (heure et date de passage affichées sur chaque site). Réintroduire progressivement dans l’espace public des sanitaires publics neufs, esthétiques, d’accès gratuit et ouverts 24h/24.

Etendre le tri sélectif des déchets dans tous les logements de la Ville et les propriétés communales, favoriser le compostage et enterrer les bulles à verre et à tri sélectif afin de les rendre moins visibles , trouver un accord avec les commerçants pour une réduction des plastiques d’emballage et pour la collecte de leurs cartons d’emballage.

Installer une déchetterie informatique.

Imposer un espace de tri lors de la construction de tout nouvel immeuble.

Lutter radicalement contre les incivilités

Considérer les délits en matière de propreté comme une des priorités du plan de sécurité et des policiers de quartier et établir un nouveau dispositif de poursuites et de sanctions :

en permettant aux agents assermentés de la propreté de sanctionner ;

en encourageant la transformation des incivilités en sanctions

administratives, afin que les agents de police ne soient plus les seuls à pouvoir constater et verbaliser de tels faits ;

en uniformisant les règlements concernant les sanctions administratives par zone de police, afin d’éviter la disparité entre les règlements ;

en augmentant la sévérité des amendes administratives ;

en renforçant le nombre d’agents affectés à la surveillance propreté et les amendes administratives liées au non-respect des règlements (canettes, papiers par terre,…) et en sanctionnant plus sévèrement les dépôts clandestins ;

en se procurant des véhicules de contrôle banalisés supplémentaires ;

en disposant des caméras de surveillance aux points les plus pollués ;

en organisant une brigade verte mixte composée d’agents de la propreté et de la police chargées de constater et de verbaliser immédiatement les petits délits, atteintes à la propreté ou tout autre type de nuisances sur la voie publique ;

en rendant la répression plus rapide et plus exemplaire à l’égard des déjections canines, des tags, des poubelles mal sorties.

en incitant les policiers de proximité à verbaliser systématiquement les incivilités et la délinquance environnementale.

Prévention et sensibilisation

Organiser des campagnes de sensibilisation au civisme et au respect de l’espace public.

Mener avec les écoles un plan de lutte contre les incivilités dans l’espace public en favorisant la sensibilisation et la prévention.

Organiser en collaboration avec Bruxelles-Propreté une meilleure information de la population quant aux récoltes des encombrants (ex : dates de passage).

Embellir les quartiers et augmenter leur « verdurisation ». Il s’agit entre autre de fleurir les rues, mieux entretenir et protéger les grands arbres de nos rues, pour éviter au maximum tout abattage, inciter les habitants à entretenir leurs trottoirs,….

Mettre en place de contrats « façades nettes » entre la commune et les particuliers pour nettoyer les tags et graffitis.

Nettoyer à l’eau la zone Unesco.

Renforcement et réorganisation des services

Renforcer les équipes de balayeurs de rue.

Mettre en place une brigade de lutte contre les dépôts clandestins.

Développer un système de brigade verte performant.

Renouveler la mécanisation (par exemple balayeuses qui montent sur les trottoirs).

Chasse aux déchêts

Sensibiliser les habitants et les commerçants à ne pas utiliser des sacs en plastics jetables, mais d’employer des sacs réutilisables.

Lutter contre les pollutions sonores et visuelles

Espaces verts

Bruxelles est l’une des capitales les plus vertes d’Europe. De nombreux parcs, jardins et espaces verts publics permettent aux Bruxellois, aux familles, aux enfants et aux visiteurs de passage de venir s’y détendre. Cependant dans les quartiers densément peuplés ces espaces sont encore trop peu nombreux. Un véritable défi pour l’avenir.

Développer les espaces verts et promouvoir la biodiversité

Développer et renforcer le service éco-conseil.

Protéger la biodiversité dans la gestion des parcs communaux, tout en garantissant un accès à tous dans ces parcs (mouvements de jeunesse,…).

Développer des parcelles de jardins et de potagers « partagés ».

Faciliter les plantations sur les trottoirs le long des façades par les habitants.

Création de petits îlots d’espaces verts.

Adoption d’un plan local pour la nature.

Faire réapproprier les quartiers par les Bruxellois, notamment le centre-ville, par la création d’espaces urbains piétonniers et d’espaces verts valorisant la Ville.

Faire de Bruxelles la première capitale verte:

  • en créant des espaces verts et des parcs dans le centre-ville et au sud de Laeken (Tour & Taxis, anciennes voies de chemin de fer), dans les écoles et aux abords des logements sociaux, et en rénovant complètement le Bois de la Cambre
  • en créant une « promenade verte » dans le Pentagone et entre le Pentagone et Laeken
  • en lançant, comme à Barcelone, l’aménagement de murs végétaux et de toits verts
  • en proposant au Palais Royal d’ouvrir une partie du Domaine royal de Laeken au public

Initier un Plan communal de Développement de la Nature pour tout le territoire de la Ville en y associant les habitants. Cela permettra de protéger la biodiversité dans la gestion des espaces verts, tout en garantissant un accès à tous dans les parcs de la Ville (promeneurs, mouvements de jeunesse,…).

Mettre en œuvre une stratégie communale « arbres d’alignement » (protection et verdurisation des pieds d’arbres, augmentation des arbres en voiries, etc.).

Embellir les quartiers et augmenter leur « verdurisation » (fleurir les rues, mieux entretenir et protéger les grands arbres de nos rues, pour éviter au maximum tout abattage, inciter les habitants à entretenir leurs trottoirs,…).

Développer des parcelles de potager « à louer » dans les parcs publics.

Lancer une réflexion sur l’aménagement des espaces verts en intérieur d’îlot et sur la mise en place d’une politique (subsides aux ménages) en faveur des jardins partagés en intérieur d’îlot (comme en Grande Bretagne).

Prévoir dans les parcs des espaces où les enfants pourraient venir apprendre à rouler à vélo, en roller,… Les parcs doivent être pensés pour répondre aux besoins des différents tranches d’âges des enfants et leurs parents (jeux multi-âges, espaces goudronnés, bancs,…).

Harmoniser la gestion de la propreté entre (voire fusionner) les services Espaces verts et Propreté publique. Opposition du Cabinet Mampaka à la fusion.

Amplifier le programme pilote de gestion des arbres d’alignement de la Ville à partir d’une base de données couplée avec un système d’information géographique. Chaque arbre est muni d’une puce électronique permettant au personnel des espaces verts de consulter, à l’aide d’une simple tablette numérique, la fiche de l’arbre ou de l’alignement concerné.

Tolérance zéro contre les pollutions de toutes sortes, bruit, déchêts, odeurs, …

Associer les écoles et les organisations de jeunesse aux activités communales en ce qui concerne la nature et la protection de l’environnement (contrat de rivière, tri des déchets, zones naturelles…).

Cimetières

Réorganiser la gestion des cimetières de la Ville, en mettant en œuvre le plan d’action « modernisation des cimetières »:

  • en créant un poste de « conservateur des cimetières de la Ville »
  • en faisant dépendre les cimetières d’un seul département
  • en favorisant la polyvalence du personnel
  • en créant des postes de concierges présents 24h/24h pour les cimetières de Evere et de Laeken.

Créer un « champ d’urnes », pelouse destinée à l’enterrement d’urnes constituant ainsi une alternative originale au colombarium.

Créer une pelouse pour l’inhumation des cendres d’un animal de compagnie.

Former des policiers locaux aux enjeux environnementaux et au bien-être animal

Former des policiers locaux aux enjeux environnementaux et au bien-être animal.

Participer aux initiatives régionales telles que plan MAYA (protection des insectes pollinisateurs)

Participer aux initiatives régionales telles que plan MAYA (protection des insectes pollinisateurs), Plan communal de Développement de la Nature, Fauchages tardifs, journée de l’arbre, Contrats de rivière, Opérations « Combles et clochers »…

Protéger les intérieurs d’îlots naturels en zone urbaine

Protéger les intérieurs d’îlots naturels en zone urbaine.

Environnement & Energie

Si l’environnement est avant tout une compétence de la Région de Bruxelles-Capitale, la Ville de Bruxelles ne doit pas être en reste en matière de protection de l’environnement et de développement durable. Si l’on ne veut pas rendre la planète invivable la planète que nous avons empruntée à nos enfants, le changement, c’est ici, et maintenant !

Environnement & Energie

Poursuivre l’implémentation de l’Agenda 21 au sein de tous les services administratifs de la Ville. L’objectif est d’arriver en 2018 à une comptabilité et un rapport annuel Développement durable pour l’ensemble de la ville.

Adopter les normes « bâtiment passif » ou « Energie positive » dans tous les nouveaux projets immobiliers (logements sociaux, écoles, crèches,…) de la Ville et la norme « Basse énergie » pour toute rénovation d’un bâtiment de la Ville.

Favoriser toutes les mesures qui feront de Bruxelles la ville référence en matière d’économies d’énergie en Europe (éco-construction, constructions solaires et bioclimatiques, constructions à énergie positive, primes à l’isolation de qualité) de manière à permettre aux pouvoirs publics et aux habitants de diminuer leur facture énergétique.

Faire de Bruxelles une « Eco-city » durable et une des premières « villes à énergie positive » :

  • en élaborant un plan de réduction de 30% de la consommation énergétique qui fixe des objectifs importants de réduction des dépenses énergétiques aux services de la Ville;
  • en poursuivant de mettre en œuvre des cahiers des charges d’économie d’énergie pour les marchés publics ;
  • en organisant des campagnes de formation et d’information « Eco-profit » sur l’utilisation rationnelle de l’énergie ;
  • en désignant un fonctionnaire « anti gaspi » dans la Ville;
  • en réalisant l’achat par la Ville de véhicules 100 % électriques ;
  • en développant massivement l’énergie solaire à Bruxelles (panneaux et chauffe-eau solaires dans les bâtiments publics, promotion chez les particuliers et les entreprises, murs à accumulation d’énergie,…) pour en faire la première ville à énergie positive européenne.

Développer les prochains contrats de quartier sur la base des principes régissant la construction des écoquartiers (comme ceux développés à Fribourg, Québec, Stockholm ou Londres) : densité du bâti, biodiversité, efficacité énergétique, gestion de l’eau, mobilité douce, participation citoyenne, services et commerces de proximité, mixités fonctionnelle, sociale, générationnelle et culturelle,…

Imposer un espace de tri lors de la construction de tout nouvel immeuble.

Elaborer un plan d’investissement dans l’isolation des logements sociaux afin de protéger les locataires des hausses du coût de l’énergie

Mieux faire connaître les nombreuses primes énergies   Ces primes sont encore trop souvent sous-utilisées. Un guichet/agent communal « énergie » pourrait être créé afin d’informer la population des mesures disponibles aux différents niveaux de pouvoir

Développer le mécanisme du tiers investisseur pour les travaux d’économies d’énergie.

Promouvoir les achats groupés d’énergie par rue, par quartier,…

Etablir un plan d’information et de formation sur les pratiques ménagères économes en énergie, en déchets et en eau.

Imposer l’utilisation de gobelets réutilisables (avec un système de caution) lors de tous les grands événements en espace public.

Etudier la possibilité d’imposer la mise en place des toilettes sèches lors de tous les grands événements en espace public.

Elaborer un véritable plan de lutte contre le bruit.

Accroître la politique mise en œuvre au cours de la dernière législature en faveur de la préservation de la biodiversité dans les espaces verts de la Ville.

Encourager toutes les formes d’embellissement des espaces privés (jardinets devant les maisons, décorations florales aux balcons et aux fenêtres, etc.) et multiplier les concours, cycles de conférences et de formation.

Lancer un projet de subsides pour des entreprises de transport de marchandises entièrement basées sur le modèle électrique. Cela permettrait d’une part de favoriser les énergies vertes et d’autre part de stimuler l’achat local pour les personnes souhaitant acheter à prix de livraison raisonnable dans leur propre quartier.

Dresser la performance énergétique de tous les bâtiments communaux pour ensuite prendre les mesures nécessaires afin de réduire les coûts énergétiques.

Encourager les investissements groupés notamment en matière d’énergie (mazout, pellets, isolation des maisons…) afin de diminuer les dépenses énergétiques des citoyens.

Favoriser les économies d’énergie:

  • Mieux faire connaître les nombreuses primes énergies
  • Développer le mécanisme du tiers investisseur pour les travaux d’économies d’énergie
  • Promouvoir les achats groupés d’énergie par rue, par quartier,…

Offrir une prime communale aux audits énergétiques (en complément des aides régionales).

Soutenir les entreprises accueillant des travailleurs utilisant le vélo ou les transports en commun.

Viser l’objectif « commune sans pesticide/ sans OGM ».

Suivez-moi sur Twitter