Propreté

 

L'installation de poubelles rigides comme dans d'autres communes bruxelloises - LE 24 JUIN 2013

Des communes bruxelloises, dont Auderghem, Forest, Woluwe-Saint- Pierre, Watermael-Boitsfort, souhaitent instaurer un système de poubelles rigides pour protéger les sacs des prédateurs.

Pouvez-vous me confirmer que la pertinence d’un tel système dans des lieux comme Haren ou le Bois de la Cambre est en cours d’analyse ? Une décision officielle a-t-elle été prise ? Quels sont les quartiers visés, le cas échéant ? Dans certains quartiers commerciaux ou plus difficiles, un tel dispositif ne serait-il pas souhaitable ?

Réponse du Collège

Mme Lalieux, échevine.- Un projet pilote a effectivement été lancé à Auderghem. Il proposait aux habitants d’acquérir une poubelle privée pour y déposer les sacs. La Région a accepté qu’Auderghem modifie son règlement communal de police à cet effet. Désormais, les habitants sont obligés de protéger leurs propres sacs poubelles. Une sanction administrative de 250 € sera infligée au contrevenant. Cela pose question, car les sacs poubelles sont de plus en fragiles et un habitant qui ne pourrait pas protéger son sac dans son domicile courrait donc le risque de se voir infliger une amende. Selon moi, la commune d’Auderghem est allée fort loin…

À Bruxelles, nous pourrions offrir aux habitants de certains quartiers la possibilité d’utiliser une poubelle rigide, sans couvercle, mais à la condition qu’elle ne soit pas laissée toute la semaine sur la voie publique !

Je rappelle que la Région oblige tout commerce à conclure un contrat avec l’Agence Bruxelles-Propreté ou une autre firme pour faire enlever ses poubelles. Le problème réside dans le fait que la Région ne contrôle pas le respect de cette obligation, alors que cela relève de Bruxelles Environnement aux termes de l’ordonnance. Actuellement, c’est la commune qui assure un tel contrôle. Précisons que les gros conteneurs doivent, eux aussi, être rentrés : ils ne peuvent pas être laissés sur la voie publique. Le système de poubelles rigides est donc plus complexe à mettre en œuvre dans les quartiers plus denses.

M. Wauters.– Ma question portait davantage sur la possibilité d’adopter un système de conteneurs mis à la disposition des habitants pour déposer leurs sacs.

Proposition de motion introduite par M. Wauters intitulée « Bruxelles plus propre » - LE 27 MAI 2013

La Ville de Bruxelles, capitale de la Belgique et de l’Europe, se doit de poursuivre ses efforts en vue de devenir plus belle, plus propre et plus conviviale pour ses habitants.
L’état de propreté d’une ville doit constituer un souci permanent pour les autorités publiques. Il est établi que la bonne gestion de la propreté publique d’une ville contribue directement à une meilleure qualité de vie pour ses citoyens. Force est de constater que les efforts consentis par les autorités publiques de la Ville n’ayant pas porté suffisamment leurs fruits, il est nécessaire de prendre des mesures complémentaires en vue de rendre Bruxelles plus propre. Nous ne critiquons donc pas la gestion passée, mais nous constatons simplement que Bruxelles n’est pas propre.
Notre groupe demande au Collège des Bourgmestre et Échevins de la Ville de mettre en place un « Plan Bruxelles plus propre » comprenant, notamment, les mesures générales suivantes, proposées par les habitants et les membres de notre section locale :
– établir un monitoring actualisé de la propreté de tous les quartiers de la Ville ; – réaliser une évaluation annuelle soumise au Conseil communal de l’état de la propreté de chaque quartier de la Ville ;
– développer un dialogue permanent entre la Ville et la Région ;
– intensifier le dialogue avec les communes limitrophes, notamment avec la commune d’Anderlecht, sur la propreté des alentours de la gare du Midi, porte d’entrée de Bruxelles ;
– développer un système de nettoyage à l’eau systématique, comme cela se fait à Barcelone ou à Paris, des rues de notre capitale, notamment dans la zone Unesco ou certains quartiers plus sensibles à la malpropreté (Marolles, Anneessens, Laeken centre, les noyaux commerciaux,…), par exemple en puisant l’eau du canal après traitement de cette dernière ;
– faire en sorte que les poubelles à proximité des arrêts de bus soient vidées tous les jours ;
– augmenter le nombre de poubelles publiques et de bulles à verre enterrées dans tous les quartiers, et placer systématiquement à proximité desdites bulles des poubelles publiques destinées à y jeter les contenants utilisés ;
– mettre en place, en complément des brigades mixtes existantes qui assurent une présence habituelle sur l’ensemble du territoire de la Ville, une « Brigade verte de quartier » qui assurerait une présence intensive, tant préventive que répressive, ciblée sur un seul quartier pendant un mois et qui changerait de quartier tout au long de l’année. Elle serait omniprésente, garantirait une meilleure visibilité à l’action des services de propreté et enverrait un message clair aux habitants. Ce système permettrait de scruter 12 quartiers plus problématiques de la Ville ;
– mettre en place un système de ramassage d’encombrants gratuit une fois par an à domicile, complémentaire au système actuel de ramassage des encombrants par quartier ;
– organiser et contrôler plus efficacement le travail de nettoyage des équipes sur le terrain, notamment en utilisant les scooters électriques de la Ville ou en en achetant de nouveaux afin de permettre aux brigadiers de faire des inspections efficaces ;
– réfléchir à l’installation de déchetteries communales par quartier et de déchetteries itinérantes ;
– réparer immédiatement les fresques du parcours BD, vitrine de Bruxelles, dont la fresque Astérix endommagée depuis plusieurs mois, y enlever systématiquement les tags et procéder à un nettoyage journalier le long du parcours ;
– placer des caméras de surveillance dans les Marolles sous les ponts de la jonction Nord-Midi afin d’augmenter la sécurité et la surveillance de cette zone ; y placer des panneaux « interdiction d’uriner » et procéder à un nettoyage systématique à l’eau et avec des produits désodorisants ;
– vider davantage les poubelles publiques se trouvant à proximité des bulles à verre de la place des Gueux dans le quartier Schuman, et procéder à l’ensevelissement de ces bulles à verre ;
– installer des poubelles publiques à proximité des bulles à verre se trouvant à Neder- over-Heembeek, De Wand et Laeken, notamment le long de l’avenue des Pagodes ;
– procéder, sur le boulevard du Midi en direction de la porte de Halle, à un ramassage systématique des déchets qui s’amoncellent le long des arbres ;
– supprimer ou nettoyer le bac à sable du parc Fontainas.
La « brigade verte » pourrait avoir un effet positif à condition que les opérations soient récurrentes.

Réponse du Collège

Mme Lalieux, échevine.- Je remercie l’intervenant d’affirmer qu’il ne critique pas l’action menée par la majorité pendant 6 ans. Car j’ai entendu un ancien échevin cdH affirmer le contraire sur Télé Bruxelles pendant 13 minutes, avec des mots marqués par la contradiction d’un groupe qui a toujours soutenu notre politique pendant des années. Je l’ai aussi entendu affirmer que les ouvriers de la commune étaient bien trop nombreux et qu’il fallait motoriser le service. Je rappelle à cet échevin sortant qu’en 2006, la Ville possédait 16 aspirateurs électriques, dont 8 obsolètes et défectueux, et que nous en avons aujourd’hui 38 en ordre de marche. L’emploi a Bruxelles est important, comme le rôle de ses balayeurs. Je revendique donc les 120 agents que nous avons engagés ensemble sous la précédente législature, car ils réalisent un travail remarquable que des machines ne pourraient pas mener à bien. Monsieur Mampaka, je ne souhaite pas licencier 100 personnes pour les remplacer par des machines !

J’en reviens à la proposition de motion du groupe cdH. La propreté est une priorité, je partage cet avis.

S’agissant d’une évaluation annuelle de l’état des quartiers, je demande déjà à mes services de relever les plaintes et d’en débattre dans le cadre des comités de quartier, cela tous les six mois. Une évaluation directe et participative avec les habitants existe donc.

Le dialogue entre Ville et Région n’a jamais été idéal, mais il existe toutefois par le biais du comité de pilotage et des réunions trimestrielles. J’espère qu’avec la réforme institutionnelle que huit partis, dont le vôtre, ont signée, ce dialogue sera renforcé. Quant à la concertation avec les communes limitrophes, je suis la seule à avoir créé des groupes de travail pour le Mont des Arts. Pendant près de 20 ans, il a été couvert de tags. Désormais, les multiples institutions et pouvoirs dont il relève se sont mis d’accord : chacun prend ses responsabilités et les tags ont disparu.

J’ai signé une convention avec Schaerbeek grâce à laquelle des artères comme les rues du Pavillon, Stevenson, Navets, Prince Élisabeth sont correctement nettoyées. Pour le boulevard du Midi, j’ai été la première à lancer une opération avec les communes d’Anderlecht et de Saint-Gilles, ainsi qu’avec la Région, puisque cette voirie est régionale. Nous avons aussi lancé des collaborations avec la commune d’Ixelles. Nul besoin d’une motion pour de telles coopérations.

Vous évoquez le nettoyage à l’eau systématique. Lorsque je suis entrée en fonction, seules la Grand-Place et la Bourse étaient nettoyées à l’eau, cinq jours sur sept. Aujourd’hui, quarante rues sont nettoyées à l’eau, sept jours sur sept (quartiers Saint-Géry et Saint-Jacques, Bourse, alentours de l’Hôtel de Ville…). Nous avons d’ailleurs acquis trois machines Dibo à cette fin.

Dès 2008, j’ai commandé une étude, dont il ressort que la qualité de l’eau du canal est « inadmissible », que les risques de corrosion et d’entartrage des balayeuses sont élevés, que son utilisation pourrait donner lieu à une prolifération microbiologique. Il m’a donc été formellement interdit de pomper l’eau du canal pour nettoyer les voiries.

La Ville de Bruxelles compte 4.482 poubelles sur ses voiries, soit une tous les 100 mètres. Nous satisfaisons ainsi au Plan régional 2013-2017. Elles sont placées aux sorties des écoles et là où les habitants en font la demande. Ce sont les voiries régionales qui manquent de poubelles. Sur l’avenue Louise, par exemple, la Ville a finalement décidé, après un an et demi d’attente, d’en installer elle-même aux arrêts de bus, car ni la STIB ni la Région ne faisaient leur travail. Nous disposons de 246 poubelles neuves en stock et 247 nous seront fournies en juin ; un budget de

100.000 € a été inscrit pour cette acquisition. Sous la précédente législature, toutes les anciennes poubelles ont été remplacées pour faciliter le travail des agents qui ne doivent plus utiliser qu’une seule clé pour les ouvrir.

J’estime qu’il manque réellement de poubelles dans les parcs et nous y remédierons. Si des habitants souhaitent une poubelle près de chez eux, il suffit qu’ils nous le demandent, comme cela fut le cas pour la rue des Pagodes, et nous ferons le nécessaire dans les deux mois. Inutile de proposer une motion pour ce faire.

J’en viens aux bulles à verre enterrées. Cette compétence relève de la Région. La Ville de Bruxelles est privilégiée, puisqu’elle compte trois de ces bulles à verre ; cinq nouveaux sites ont été proposés à la Région, dont la rue des Minimes, la place Sainte- Catherine, la rue Jean Sobieski et Paroisse, notamment.

Vous mentionnez la prévention, la répression et la taxation. Plus de 30.000 taxes ont été infligées en matière de propreté publique au cours des six dernières années, dont 5.888 en 2012.

Les brigades mixtes police / services de la propreté n’existaient pas avant ma prise de fonction. En 2007 déjà, nous avons lancé un plan de lutte contre les incivilités avec le Bourgmestre. Le cdH a soutenu ma démarche, mais nous n’avons pas eu besoin de motion pour ce faire.

Voici quelques exemples d’intervention : à Haren, les 23, 24 et 25 avril, une planque a été organisée au Pré-aux-Oies ; dans le quartier des squares, des opérations continues avec les forces de police ont été menées ; dans le centre-ville, 60 élèves policiers ont participé à une opération qui s’est conclue par 129 taxes infligées en 4 heures. Nous adaptons le type d’intervention de la police aux problèmes rencontrés dans les quartiers.

Vous demandez trois ramassages annuels d’encombrants au lieu de deux. Je rappelle que les personnes qui ne peuvent pas se déplacer n’ont qu’à remplir un formulaire et fixer rendez-vous pour que leurs encombrants soient enlevés à leur domicile. Nous n’enregistrons pas de plaintes en la matière. Le ramassage porte-à-porte a été interrompu par mon prédécesseur, car les habitants des autres communes en profitaient pour se débarrasser de leurs encombrants.

Je suis au regret de vous annoncer qu’il n’y aura pas de déchetterie communale. En effet, l’accord régional, que le cdH a signé il y a moins d’une semaine, régionalise toutes les déchetteries, et c’est une bonne chose.

Les fresques du parcours BD sont gérées par Mme Persoons.

Un plan communal prévoit déjà l’installation de 235 caméras.

Les affiches « Interdiction d’uriner » ne font qu’inciter les gens à le faire… Il nous a semblé plus pertinent de créer un réseau de toilettes et d’urinoirs publics. Votre proposition m’a fait sourire…

Les voiries sous les ponts de la jonction Nord-Midi sont balayées tous les jours et nettoyées à l’eau les jours de semaine.

Sur la place des Gueux, les poubelles sont vidées trois fois par semaine. Selon mes médiateurs et comités de propreté, aucune plainte n’a été déposée à ce sujet. Il est inutile que ce point fasse l’objet d’une motion : il suffisait de le signaler à mes services. Sur la rue des Pagodes, les dernières poubelles ont été installées en février 2012. S’il en faut davantage, dites-le moi. Le boulevard du Midi est une voirie régionale. Interpellez le ministre compétent sur cette question. Le nombre de plaintes relatives au parc Fontainas a baissé. Ce dernier sera prochainement réaménagé.

Je propose donc de ne pas soutenir votre motion.

Je partage votre souhait de rendre propre la Ville de Bruxelles, mais votre motion n’apporte rien aux politiques que nous développons. Je le répète, si vous avez des remarques à nous communiquer, envoyez-nous un petit courrier et le problème sera rapidement résolu.

Share This

Partagez avec vos amis!