Education

21 OCTOBRE 2020 - Question d’actualité de M. WAUTERS concernant le refus ou non par la Ville de la demande de l’Université Saint-Louis pour la remise de diplômes sur la Grand-Place

M. Wauters.- Monsieur le Bourgmestre, étant donné que les proclamations traditionnellement organisées à l’intérieur des campus universitaires ont été perturbés par la crise sanitaire, vous avez pris la bonne initiative – je le reconnais – de lancer une proposition originale et intéressante : permettre aux étudiants de recevoir leur diplôme dans la cadre prestigieux de la Grand-Place.

C’est plus de 4.500 diplômés de l’Université libre de Bruxelles (ULB) et de la Vrije Universiteit Brussel (VUB) qui ont pu vivre ce grand moment dans ce cadre unique. Dans la presse et sur les réseaux sociaux, vous annonciez fièrement – et à juste titre – que cette expérience s’était révélée positive, non seulement pour les diplômés mais aussi pour les commerces environnant la place, surtout dans les circonstances actuelles, et que vous alliez proposer de pérenniser ces événements.

Cela étant, dans la même presse apparaissait également une demande adressée dans la foulée à la Ville par l’Université Saint-Louis qui voudrait elle aussi organiser sa cérémonie de remise des diplômes sur la Grand-Place. Vous auriez répondu que vous étiez ravi de recevoir cette demande mais que cela ne serait malheureusement pas envisageable.

Quelque peu frustré par cette réponse, le recteur de cette université restait positif, disant qu’il garderait quand même l’espoir, si la démarche était effectivement pérennisée pour l’ULB et la VUB, de pouvoir renouveler cette demande à l’avenir. Mais à mon vif étonnement, la Ville ajoute (dans le même article) qu’il serait sans doute difficile de pouvoir accueillir aussi la cérémonie de Saint-Louis sur la Grand-Place à l’avenir. Le seul argument, plutôt saugrenu, que j’ai pu relever invoque, je cite : « les liens historiques qui unissent la Ville de Bruxelles et l’ULB depuis la création de l’université » – ce que je ne nie pas par ailleurs.

Par ailleurs, M. Hellings, 1er échevin à la Ville de Bruxelles, assurait sur Twitter que celle-ci n’avait rien refusé à Saint-Louis et concluait en suggérant que l’on pourrait songer à accueillir également des diplômés en master d’autres universités en 2021. Je n’ai dès lors que 2 questions, monsieur le Bourgmestre : 

  1. Dans notre bonne ville de Bruxelles, ville d’ouverture, d’esprit et d’inclusion, un étudiant est-il selon vous égal ou non à un autre ?
  2. Avez-vous oui ou non répondu par la négative à la demande du recteur de l’Université Saint-Louis ? Si oui, comment le justifiez-vous ? Et sinon, je ne comprends pas : soit le Collège ne dit pas la vérité, soit il ne comprend pas ce qu’il signe quand il répond à son correspondant !

 M. le Bourgmestre.- Merci, monsieur Wauters, pour votre service commandé !

 M. Wauters.- Il ne s’agit absolument pas d’une commande.

 M. le Bourgmestre.- Laissez-moi en douter. Il existe bel et bien 2 piliers en Belgique, et je n’ai jamais été traité comme je l’ai été par ce recteur de l’Université Saint-Louis qui semble avoir découvert mon existence il y a un mois en m’écrivant pour la première fois.

Cette remise de diplômes sur la Grand-Place était une heureuse initiative et il y a réellement des liens historiques avec l’ULB et la VUB qui ont été créées dans la salle gothique de l’Hôtel de Ville. Je rappelle que nous avons diplômé des masters et que 80 à 90 % des étudiants de Saint-Louis sont des bacheliers. Il serait absolument impossible pour la Ville d’accueillir tous ces derniers, la Grand-Place, hors période COVID, n’y suffirait pas – vous le savez bien – et c’est ce que j’ai donc répondu à ce recteur, et ce après qu’il m’ait interpellé sur Twitter en disant : « Pourquoi nous avez-vous oublié ? » – sans le moindre appel téléphonique ou demande d’entrevue !

Je n’ai jamais rencontré ce monsieur, qui ne m’avait jamais contacté depuis 3 ans que je suis Bourgmestre. Et tout cela en clamant agressivement que Saint- Louis est la seule université localisée sur le territoire de Bruxelles ! Or il se fait que le rectorat de l’ULB, avenue Roosevelt, et le campus du Solbosch sont justement situés sur le territoire de la Ville – mais il est vrai que la VUB est sur celui d’Ixelles. Je n’ai donc pas compris l’agressivité de ce recteur, dans cette période où on devrait plutôt se serrer les coudes. Je ne le connais pas mais je me suis laissé dire qu’il serait plutôt coutumier du fait.

En visitant le site de l’Université Saint-Louis, j’étais surpris qu’elle se présente comme « université de Louvain ». C’est sans doute un choix de se revendiquer comme telle et cela ne me pose aucun problème, mais il faudrait tout de même être clair : est-ce une université bruxelloise ou louvaniste ?

Par ailleurs, pour toute transparence, la responsable des services de dentisterie de Saint-Luc m’a également contacté à propos du même problème pour la remise des diplômes. Vu la situation de Saint-Luc sur le territoire de Woluwe- Saint-Pierre, je lui ai suggéré de s’adresser à Benoît Cerexhe que j’ai moi-même appelé à ce sujet pour lui proposer de prendre cette même initiative par rapport à la cérémonie des diplômes de Saint-Luc. 

En faire de même pour les bacheliers n’est pas possible. Nous ne pouvons pas accueillir tous les étudiants, alors pourquoi eux et pas d’autres ? On pourrait étudier l’éventualité d’étendre cette pratique à d’autres masters, mais j’avoue que l’attitude de ce recteur ne m’incite pas – pour le dire de façon positive – à accepter ses « exigences ». Il opte pour l’agressivité alors que j’essaye plutôt de rechercher des solutions pour tous, je le regrette mais c’est ainsi. Si à travers cette crise certains sont plus enclins à montrer les dents, j’ai décidé quant à moi de me tourner vers le côté des solutions.

M. Wauters.- D’abord, je ne suis pas en « service commandé ». J’ai juste réagi à vos échanges sur Twitter.

Ensuite, je suis d’accord qu’il faut se limiter aux masters et il me semble que c’était clair que les bacheliers ne pourraient être accueillis de la même façon. Je vous connais par ailleurs comme un homme de dialogue et ne doutais donc pas que malgré ces premiers contacts plutôt désagréables, vous pourriez envisager la demande sous un autre angle l’année prochaine. 

D’ailleurs, dans le cas de Saint-Luc, je n’imagine pas le Bourgmestre Cerexhe refuser que cette cérémonie se tienne sur le territoire de sa commune, surtout pour cette université catholique – ne soyons pas hypocrites à ce sujet. Je compte sincèrement sur votre habituelle bienveillance comme Bourgmestre de la Ville de Bruxelles pour renouer le dialogue avec Saint-Louis et vous en remercie d’avance !

Mes interventions au conseil communal

mes priorités
X

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer